Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for avril 2013

LCP
Un journaliste de la Chaîne Parlementaire (LCP) menacé par un Député PS

Les faits :

http://www.lcp.fr/videos/reportages/147594-rachid-nekkaz-assure-pouvoir-faire-le-lien-entre-aqmi-et-le-gouvernement

Après la fin du générique de l’émission « Ça vous regarde » présenté par Arnaud Ardoin sur la LCP, ce lundi 22 avril à 20h45, le Député PS de l’Eure et ancien Ministre, François LONCLE, a dépassé les limites admissibles en menaçant le journaliste Arnaud Ardoin en présence du Député UMP Alain Marsaud et de Rachid Nekkaz, porte-parole de l’association « Touche pas à ma Constitution ».

Sous une extrême colère, le Député PS a menacé le journaliste en ces termes : « Vous auriez du m’avertir avant »… «ça ne va pas se passer comme ça ! ».

Arrivé à la loge de maquillage, Rachid Nekkaz a tenté de calmer le Député PS en lui disant : « Rassurez-vous, je fais partie aussi du PS ». Le Député lui a répondu : « Je m’en fous ».

Arnaud Ardouin a vainement essayé à son tour de comprendre la colère du Député PS, mais celui-ci est sortie de la loge, furieux et menaçant sous le regard médusé des maquilleuses et de la journaliste du Figaro Isabelle Lasserre.

On ne peut tolérer, aujourd’hui en 2013, qu’un Député de la Nation menace un journaliste de télévision faisant son métier de façon professionnelle et déontologique.

Ce fâcheux incident pose la question des conditions de l’exercice de la liberté de la presse aujourd’hui en France.

Il est indispensable au nom du respect de la liberté de la presse garantie par la Constitution, et au nom du respect du à un journaliste dans l’exercice de sa fonction d’information, que le Député PS, François LONCLE présente rapidement une lettre d’excuses au journaliste Arnaud Ardoin.

Contact :

Jean-Bruno Roumegoux
Rachid Nekkaz
Tel : 06 60 41 90 59

Read Full Post »

photo MFLIBERATION DES OTAGES

Rachid Nekkaz a contribué fortement à la libération de la famille française Moulin-Fournier détenue au Nigeria pendant deux mois.

Deux mois jour pour jour après le début de leur captivité, la famille Moulin-Fournier (3 adultes et 4 enfants) a enfin été libérée. Rachid Nekkaz, porte-parole de Touche pas à ma Constitution se félicite de cette libération tant attendue.

Dès le 15 mars, il avait annoncé à la presse sa volonté d’être médiateur entre les preneurs d’otages et l’Etat nigérian pour libérer cette famille française des affres de la chaleur et des maladies.

C’est dans cet esprit qu’il s’est rendu avec le président de l’association Jean-Bruno Roumegoux, le 1er avril dernier dans le fief des groupes armés à Kano au nord du Nigéria où il a lancé « l’appel de Kano ».

Dans cet appel, il a exhorté d’une part le Président nigérian Jonathan Goodluck à mettre en place urgemment une politique de concorde civile (comme en Algérie à l’époque du FIS) et d’autre part il a incité les groupes armés à cesser immédiatement toute violence, et notamment à libérer les otages français. La presse africaine (nigériane, sénégalaise et algérienne) s’est faite l’écho de cette proposition de médiation.

A cette occasion, Rachid Nekkaz a rencontré des contacts des preneurs d’otages au Nigeria et en Égypte afin de mettre en place sa médiation et d’exposer ses motivations. Il leur a expliqué que la prise d’otages notamment d’enfants ne fait pas partie des valeurs de l’Islam. Elle est consubstantiellement incompatible avec l’Islam qui prône la paix et la justice pour tous. Il leur a fait part aussi de l’impact extrêmement négative de cette prise d’otages dans la communauté musulmane en France et dans le monde entier.

Ce faisant, il les a invités à libérer les otages dans l’intérêt des musulmans de France et d’Afrique.

En contrepartie, afin de démontrer aux preneurs d’otages que Rachid Nekkaz n’était pas insensible à la pauvreté des régions du nord du Nigéria, économiquement exsangues, il a fait un don de 500 000$ pour les écoles de l’Etat de Borno fief du groupe armé. Cette somme a été remise en Égypte où vit une communauté nigériane pieuse. Rachid Nekkaz considère que l’éducation est la priorité pour la meilleure compréhension des civilisations et des cultures et le meilleur antidote contre l’ignorance et la violence.

Rachid Nekkaz remercie la diplomatie française qui a mis les moyens nécessaires à la libération de la famille Moulin-Fournier malgré dans un premier temps, une volonté exprimée et dangereuse pour les otages de ne pas négocier par la crainte légitime de générer d’autres prises d’otages.

Il remercie aussi le président Ebele Jonathan Goodluck qui, suite à notre appel lancé de Kano le 3 avril 2013, a mis en place le 4 avril 2013 une commission de 26 membres présidée par le ministre des Affaires spéciales, Kabiru Turaki, chargée de définir une amnistie qui permettrait un désarmement en 60 jours, à l’exemple évoqué dans l’Appel de Kano de l’action remarquable du président algérien Abdelaziz Bouteflika. Dans le but d’une réconciliation nationale entre tous les Nigérians, du Nord et du Sud, chrétiens et musulmans

Le président Paul Biya, par son action déterminée et sans relâche.

L’Émir de Kano, Alhaji Ado Bayero, par son appel constant à la prière et à la négociation.

Le Major-General Onveabo Azubuike Ihejirika qui « a invité ceux qui lançaient cet appel à engager le dialogue avec les terroristes, une initiative qui, selon lui, serait soutenue par le gouvernement fédéral. Ceux qui appellent au dialogue peuvent en prendre eux-mêmes l’initiative. Personne n’empêche quiconque de dialoguer avec qui que ce soit. Si un leader, un homme politique trouve une solution, le gouvernement sera preneur. »

Rachid Nekkaz considère que c’est la juxtaposition de différentes actions à la fois officielles et officieuses qui a contribué finalement à cette libération de la famille française Moulin-Fournier.

Contacts :

Rachid Nekkaz
Jean-Bruno Roumegoux
tel : 06 60 41 90 59
Web : http://www.nekkaz.com

Read Full Post »

NIQAB : On  April 11

On the 2nd anniversary of the enactment of the Anti-Niqab law in France,
11 fines will be paid – first in Evry (91) at 9AM,  overseen by France’s Minister of the Interior, and later in Paris 8th, at 11:30 AM.
Appeal to the CEDH court (European Commission on Human Rights) to be filed on June 6, 2013 

On the 2nd anniversary of the Anti-Niqab law, Rachid Nekkaz, spokesman for the organization « Hands Off My Constitution » will pay 11 fines on behalf of women who were fined for wearing the full veil on the street: One fine will be paid at the Treasury of Evry (91), 28 desserte de la Butte Creuse, at 9 AM; the 10 other fines will be paid at the Treasury of Paris 8th, 5 rue de Londres, at 11:30 AM.
Rachid Nekkaz, married to an American woman of Catholic faith, is personally opposed to the use of the full veil (or Niqab).  Mr. Nekkaz is not working towards the law’s abolition, but rather, towards an amendment of the law, making it lawful to wear the full veil in the streets, exclusively.  

The aim of his actions, says Nekkaz, « is to call out to lawmakers and say that while they may have the power to impose an unjust anti-Niqab law, an independent organization such as ours can easily neutralize it by paying all the resulting fines ».

Rachid Nekkaz does not want European governments to use the fear of Islam in order to curtail individual personal liberties in public spaces. 

To this date, 621 fines have been paid by Rachid Nekkaz, since the passing of the law in October 2011.  Private expenditures for the Niqab law-related activities are approaching 100 000 € so far (covering fines and legal costs).

Some numbers on the women fined for wearing the full veil :
98% are of French nationality; 
41% are French caucasian, converted to Islam;
72% are single or divorced; 
94% live from the « RSA » (government’s minimum revenue allocation), or income from other social programs;
67 women are new wearers of the full veil since the law was passed 
26 are minors (between 13 et 17 years old)
To this date there have been 1073 arrests/interrogation sessions held at police stations. 621 fines were paid, and another 48 fines were later revoked by Nekkaz’s organization and replaced by a civil-service internship (none of which have been fulfilled).

Free will:
In spite of the 1073 interogatories at police commissionners offices, not one single male (husband, brother or father) has been pointed to as a result.  Numbers and verbal reports show that women in France who wear the Niqab do so by their own free will. 
Also, « an ironic coïncidence: on that same day, April 11th , I am summoned to report to the TGI (court of Paris) for « rebellion ». I’ll be there. »  states Nekkaz.  

« Here are a few facts: », continues Nekkaz, « after a press conference held at the Bristol hotel of Paris on May 11th 2011, I look down the street and practically accross from the Elysée (Presidential) Palace, I see a fully veiled person being shown into a Police van for an ID check.  I went to support her and to make sure she was well treated.  Five policemen came up to me; my approach was interpreted as an act of rebellion.  The Commissioner ended up pressing charges against me. »

« Dragging their feet »
The law enaction was to be followed by a status report by Parliament, summarizing the first 18 months after its application.  The report should logically have been submitted by October 11, 2012.  However, to this date, no published information exists.  Nekkaz believes that « Parliament are dragging their feet in terms of reporting, as, contrary to the intention of the law, there has been an actual increase in the numbers of women who wear the full veil in France since June of 2011! « .   He adds: « I believe those numbers are a consequence of the communications campaign, as well as the payment of fines, performed by « Hands Off my Constitution ».     

Appeal to the European Court on Human Rights (CEDH) on June 3, 2013.
An appeal will be filed with the European Human Rights Commission (CEDH) at the earliest legally possible date, which is June 6, 2013.  The case is being submitted with the help of the Belgian Law Offices of Maître Inès WOUTERS. A complaint will be filed for « violation of the fundamental right to exist and move freely in public spaces ».  The aim is to introduce an amendment to the law, specifying that women are allowed to dress as they like in the streets of Europe.  « The street, »   states Nekkaz, « is a precious, universal, landmark of Freedom, in all free democracies ».

The filing of the complaint, as the request for the law’s amendment to the CEDH, are possible only now that all allowable recourses have been attempted and denied. The Belgian Constitutional Court vetoed all motions to date on December 6, 2013.  More information on www.nekkaz.com).
Contact :
Rachid Nekkaz 
Tel : 06 60 41 90 59
Web : www.nekkaz.com

Read Full Post »

NIQAB – 11 avril à 9h à Evry (91) et à 11h30 à Paris 8ème

A l’occasion du 2ème anniversaire de la Loi anti-niqab.

11 amendes seront payées en même temps à Evry (91)

fief du Ministre de l’Intérieur puis à Paris à 11h30.

Recours auprès de la CEDH le 6 juin 2013

_____________
A l’occasion du 2ème anniversaire de la Loi anti-niqab, Rachid Nekkaz, porte-parole de l’association Touche pas à ma Constitution, payera 11 amendes : 1 à la trésorerie d’Evry (91), 28 desserte de la Butte Creuse, à 9h et 10 autres à la trésorerie de Paris 8ème (5 rue de Londres) à 11h30.

Rachid Nekkaz, marié à une américaine d’obédience catholique, est opposé à titre personnel au port du Niqab.

Il ne souhaite pas l’abrogation de la Loi mais son amendement afin de permettre aux femmes de porter librement le niqab dans la rue exclusivement.

Le sens de cette démarche de paiement des amendes est de signifier au Législateur qu’il a le pouvoir de voter une Loi interdisant injustement aux femmes de porter le niqab dans la rue, mais qu’une association a aussi le pouvoir de neutraliser cette même Loi sur le terrain en payant les amendes infligées à ces femmes libres.

Rachid Nekkaz ne souhaite pas qu’on utilise la peur de l’islam pour réduire le champ des libertés individuelles dans l’espace public européen.

Au total, depuis l’application de la Loi en octobre 2011, ce seront 621 amendes qui auront été payées par Rachid Nekkaz , soit presque 100 000 € (amendes et honoraires d’avocats).

Profil des femmes en niqab :

•98% d’entre elles sont de nationalité française

•41% d’entre elles sont des Françaises converties à l’Islam

•72% d’entre elles sont célibataires ou divorcées.

•94% d’entre elles vivent du RSA ou des revenus sociaux.

•67 nouvelles porteuses du niqab depuis la Loi anti-Niqab

•26 sont mineures (entre 13 et 17 ans)

A ce jour, il y a eu 1073 interrogatoires à un commissariat de Police, 621 amendes payées, 48 amendes dressées par des policiers et annulées par l’association et un stage de citoyenneté imposé non effectué.

Fait majeur à souligner :
En dépit des 1073 interrogatoires aux commissariats de Police de la République, aucun homme (mari, frère ou père) n’a été inquiété par la Justice pour avoir obligé une femme à porter le Niqab contre son gré. En résumé, les femmes qui portent le Niqab dans la rue le font librement, que cela plaise ou pas.

Rachid Nekkaz au TGI de Paris à 13h30 pour rébellion
Aussi, ironie de l’histoire, ce 11 avril, Rachid Nekkaz comparaîtra au TGI de Paris pour « rébellion ».
Les faits : après une conférence de presse-bilan de la loi qu’il a organisée à l’Hôtel Bristol le 11 mai 2011, à deux pas de l’Élysée, Rachid Nekkaz est venu porter secours à une jeune femme en niqab qui se trouvait dans un camion de CRS pour contrôler son identité. Cinq policiers ont considéré alors que c’était un acte de rébellion. Ils ont donc porté plainte contre Rachid Nekkaz.

Les Parlementaires à la traîne
La Loi prévoyait la publication d’un rapport-bilan sur la réalité de la Loi 18 mois après son application, soit à la date du 11 octobre 2013. Mais à ce jour, rien n’a été publié. La raison principale tient au fait que le nombre de femmes portant le niqab est plus important aujourd’hui qu’en 2011 grâce au travail de communication et de paiement des amendes de l’association Touche pas à ma Constitution.

Recours auprès de la CEDH ( Cour Européenne des Droits de l’Homme) le 6 juin 2013.Enfin, pour le volet juridique, un recours auprès de la Cour européenne des Droits de l’Homme sera déposé à Strasbourg le mercredi 6 juin 2013 avec l’avocate belge Maître Inès WOUTERS pour violation de la Liberté de mouvement dans l’espace public. L’objectif est de faire amender la Loi afin de permettre à toutes les femmes de s’habiller comme elles l’entendent dans l’espace public européen, soit la rue, qui constitue le patrimoine universel de la Liberté.

Ce recours auprès de la CEDH sera possible dans la mesure où toutes les voies de recours ont été épuisées en Belgique après la décision négative de la Cour constitutionnelle belge en date du 6 décembre 2013 (voir site : http://www.nekkaz.com).

Contact :
Rachid Nekkaz – Tel : 06 60 41 90 59 – Web : http://www.nekkaz.com

Read Full Post »

Read Full Post »